Un Paléo 2018 aux couleurs Punk

Le Paléo Festival Nyon dévoile aujourd’hui l’affiche de sa 43 e édition. Un univers visuel énergique, moderne et un peu punk,qui place le foisonnement et la diversité au cœur de l’affiche. 

Jodie Aeschlimann et Joanne Joho sont les lauréates d’un workshop au sein de la HEAD-Genève (une haute école de la HES-SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale) animé par l’agence genevoise BaseDesign. Toutes deux habituées du Festival, elles sont étudiantes en 2 e année de Bachelor en communication visuelle. Pour créer cet univers 2018, elles se sont basées sur des concepts clefs qui définissaient pour elles l’essence même de Paléo : le foisonnement, les découvertes, la diversité. Ce projet présente une retranscription graphique du Festival par des couleurs franches et une esthétique de l’image qui se veut volontairement à la fois décalée, moderne et… un peu punk.

De l’ambiance au tramage Directement inspirée par la richesse des différents aspects de Paléo, ce projet présente une superposition de formes aux couleurs contrastées. Une affiche originale, vibrante et non-conformiste, aboutissement d’un grand travail de recherches photographique. « Il était évident que nous voulions mettre en avant ce qui pour nous représente le Festival : le foisonnement et la diversité. Nous souhaitions dans la même affiche intégrer tous les éléments qui font l’âme de Paléo: les festivaliers, les concerts, le soleil, la boue, la nourriture, la pluralité des formes et des ambiances. Nous avons pris le parti de concevoir ce visuel dans un esprit punk, un peu à la manière des panneaux d’affichage que l’on retrouve dans les rues».

Les effets de superposition des déchirures impliquent que sous chaque élément, les festivaliers en trouveront un autre, puis un autre, révélant et illustrant ainsi les aspects évoqués par les deux étudiantes. « Nous ne le voulions surtout pas trop figé ou aseptisé et ainsi faire ressentir le mouvement et la vie du festival». Jodie et Joanne ont tout d’abord effectué un travail d’immersion dans les images, les photos et affiches des éditions précédentes. De celles-ci, elles ont gardé les éléments graphiques forts et les ont tramés, de façon à créer un effet sérigraphié. Elles leur ont ensuite ajouté des couleurs vives, conférant à cet univers visuel une identité forte. Les superpositions des diverses compositions, couleurs et images susciteront l’identification et l’appropriation par les festivaliers, permettant à chacun de se projeter dans un élément qui lui parle. Le rendu final de l’image conserve le grain du papier et se veut volontairement à la fois brut, énergique et ainsi très marqué.

 

(Source: Paléo PR)

Leave a Reply