Dico-Mode: Petite histoire du gant (Part. I)

L’invité surprise du défilé Ralph Lauren lors de la New York fashion week était incontestablement…le gant. Le fourreau ne s’est pas fait discret sur le runway, et s’affirmait aux extrémités des silhouettes sibyllines aux atours sibériens. Troquons le runway pour le tapis rouge, et voyons comment les personnalités les manient. 

Couvrons-nous, il fait froid. L’air s’engouffre dans les cols, et gèle le bout des doigts. Voyez comme les petites alvéoles, sur le plat de l’index, blanchissent, et comme blêmissent les articulations. Vite, des gants ! De nos jours, cet accessoire fait figure de style s’il est utilisé hors de la période qui le définit comme utile : l’hiver. Bien entendu, certaines personnalités n’ont pas hésité à utiliser cette excentricité comme marque de fabrique. Il en va ainsi de Michael Jackson ou Karl Lagerfeld (ce dernier enlève-t-il seulement ses mitaines en cuir sous la douche ou pour caresser sa petite héritière, Choupette ?)

La première apparition du gant sur la main gauche du King of the pop remonte à l’émission qui célébrait le 25ème anniversaire de Motown en 1983. Michael interprétait alors Billie Jean et arborait son accessoire pailleté, qui étincelait entre deux pas de danse. Depuis, le gant a changé de main, lors d’une vente aux enchères en californie. L’heureux nouveau propriétaire s’est délesté de la modique somme de 200’000 dollars pour mettre la main sur le gant – mais quand on aime, on ne compte pas.

Quant au plus Français des couturiers allemands, Karl Lagerfeld, il n’enlève jamais ses gants en public. La raison, il l’a esquissée dans un humour aussi noir-gris que son costume dans le journal Marie-Claire ; le couturier n’aime pas les manucures et rentre toujours ses griffes devant témoins. Il aurait même, selon certaines sources, giflé une esthéticienne qui lui aurait esquinté un ongle…difficile à imaginer pour un gentleman. Peut-être que le “fashion Kaiser” se sera inspiré de l’anecdote pour dessiner le punching-ball de luxe dédié à la marque Vuitton, en 2014.

Doit-on mentionner les gants de “vaisselle” que Lady Gaga arborait sur le tapis des Oscars cette année? Un détail qui a réveillé Los Angeles sur le potentiel artistique du made-à-la-cuisine. Comme quoi, l’on peut porter une somptueuse robe griffée Azzedine Alaia et des gants en plastique assortis au tablier de grandma.

Cette année, l’accessoire était à la fête. En cuir ou en imprimé léopard, le gant s’est décliné en toutes les matières. Le gant bimatière, dont le dessus est en cuir et le dessous en tissu, a été très prisé en décembre et janvier.

 

Leave a Reply